En présence de ses gradés, la Gendarmerie nationale, a rendu un hommage à ses hommes victimes d’un accident de la route, le 10 février dernier, alors qu’ils étaient en partance pour une mission de sécurisation à Sédhiou, à la veille d’un meeting du candidat Macky Sall. Avant de succomber sur les routes, les gendarmes décédés ont tous eu un événement qui a marqué leur existence pendant ce mois de février. 
Cruelle est la fin (tragique) des gendarmes emportés par un accident de la circulation sur l’axe Kolda-Sedhiou, le 10 février, alors qu’ils étaient en partance pour une mission de sécurisation d’un meeting du candidat Macky Sall. Partis rejoindre leurs pairs morts sur les théâtres d’opérations, comme l’a dit le commandant adjoint de la Gendarmerie mobile, le colonel Charles Dib Thiam, qui a lu l’oraison funèbre, les victimes ont toutes eu un événement qui leur lie à ce mois de février qui a marqué leur dernier séjour terrestre. Une coïncidence ressortie dans le message d’adieu de la maréchaussée à ses hommes.Mamadou Ba, né une journée du 10 février 1982 à Thiès, est venu dans les Armées le 1er janvier 2005.  A la fin de la durée légale comme policier auxiliaire, il a été maintenu dans la Police avant d’intégrer la Gendarmerie nationale  le 4 février 2008 comme élève gendarme. A sa sortie de l’Ecole des sous-officiers de Gendarmerie, il a servi à l’Escadron mobile de Thiès puis à la Légion de la Garde présidentielle. Reconnu comme un professionnel rigoureux, engagé avec une haute considération à l’endroit de ses supérieurs, il est mort au lendemain de son 37e anniversaire, après 14 ans de service.          Le gendarme Abdoulaye Mboup est né le 10 août 1982 à Koumbal, dans le département de Kolda. Il a intégré la  Gendarmerie nationale le 4 février 2008 comme élevé gendarme.  Son potentiel lui a permis d’intégrer l’Ecole des sous-officiers de la Gendarmerie nationale le 1er février 2013, informe le colonel Charles Dip Thiam. Sa promotion au Grade de maréchal de logis chef devrait avoir lieu le 1er juillet prochain.L’élève gendarme Waly Sarr, né le 10 juin 1993 à Djoffior, est admis à la Gendarmerie le 10 février 2018.  Il est mort un an, jour pour jour, après son intégration.  Il était à son année d’application à l’Escadron de surveillance et d’intervention de Ziguinchor. Le gendarme Hamidou Diouf,  quant à lui, est né le 12 février 1994 à Joal. Il a intégré la Gendarmerie nationale le 10 février 2018 comme élève gendarme. Il était en année d’application à Ziguinchor.  Il est mort deux jours avant son 25e anniversaire.A la fin d’une cérémonie empreinte d’émotions, les hommes en bleue ont rendu hommage à ces éléments qui ont symbolisé  l’abnégation, le devoir de responsabilité et un engagement envers leur Nation, a dit le colonel Charles Dib Thiam.  Il a prié pour le repos de leurs âmes. «Pour vos familles, cette disparition est une cruelle épreuve. La Gendarmerie, dans toutes ses composantes, leur exprime toute sa compensation et son chagrin et leur présente ses condoléances profondément attristées. Elle leur renouvelle sa solidarité et son soutien indéfectible et leur assure de l’aide qu’elles pourront trouver auprès d’elle. Puisse vos âmes reposer en paix», a-t-il imploré.Désormais, Mouhamadou Ba reposera à jamais à Joal, Abdoulaye Mbodj à Thiès, Waly Sarr à Diofior et Amedou Diouf à Koumbal. La levée des corps de ces quatre a eu lieu hier, mercredi, 13 février, à la Caserne Samba Diéry Diallo de Colobane (Dakar).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here