La première étape des Verts du parti de l’unité et du rassemblement (pur), ce samedi, a été, l’université Gaston Berger de saint-louis où le candidat, el hadji issa sall a promis de changer tout le système éducatif, en mettant les étudiants dans de bonnes conditions.

 Après les localités de Pire,Ngaye, Kébémer et Saint-louis, le cortège du parti de l’Unité et du rassemblement(PUR), avec à sa tête son candidat, le professeur El Hadji Issa Sall a fait cap sur le Walo. Il a ainsi sillonné, à travers une caravane, les localités de Ross Béthio, RichardToll, Dagana et Nguith.

A la sortie de la ville de Saint-Louis, sur la route qui mène vers ces villes du département de Dagana, le cortège s’est arrêté à l’Université Gaston Berger où le professeur en Informatique a échangé avec les étudiants de Sanar. 

 Dans ce temple du savoir, l’universitaire a déroulé son programmé consacré à l’éducation, notamment à l’enseignement supérieur. « Le PUR veut changer totalement le système éducatif de même que celui de la santé.

Nous allons vous former et vous mettre dans de bonnes conditions», promet le candidat des Verts. Selon lui, les étudiants ne vont plus vivre ce qu’ils sont en train de vivre une fois qu’il sera élu président de la République du Sénégal. Car, dans le PUR100, il y a un volet qui consiste à construire des universités dans tous les départements du pays.

«Cela permettra aux nouveaux bacheliers de rester dans leurs zones et y poursuivre leurs études», a dit le candidat Sall, samedi devant des étudiants venus nombreux l’accueillir.

En incluant ce volet dans son programme, El Hadji Issa Sall veut désengorger les universités devenues peuplées et lutter ainsi contre les problèmes environnementaux que connaissent les étudiants. «Cela est bien possible.

Vous ne pouvez pas habiter à 800 km de Dakar ou de Saint-Louis et on vous oriente dans des universités implantées dans ces villes, cela n’a aucun sens.

 Nous voulons faire de sorte que l’étudiant ne soit pas loin d’un centre de formation distante de son domicile de moins de trente kilomètres», a promis le professeur Sall. Sur le système, il regrette le fait qu’on ne maîtrise plus le calendrier universitaire. Car, pour lui, on ne sait pas quand est ce
que débute et prend fin une année universitaire.

«les autorités n’ont aucune idée de comment doit fonctionner une université»

«Tout est perturbé, on vient de me faire comprendre qu’il y a, à Saint-Louis, beaucoup d’Unités de Formation et de Recherche qui ont fait l’objet d’une année blanche. Pour ceux qui ont l’espoir de voir l’année validée, ils viennent de terminer le premier semestre de l’année dernière.

Dans une université normale, on devait être au milieu du second semestre», a lancé le candidat du PUR. Il a soutenu devant les étudiants que les autorités qui dirigent ce pays n’ont aucune idée de comment doit fonctionner une université, cela ne les intéresse pas. 

Selon lui, les étudiants ne doivent pas tomber dans le piège de ces dirigeants qui les poussent à invalider des années académiques.

Répondant à une interpellation d’un étudiant sur les retards de paiement des bourses, El Hadji Issa Sall a souligné que l’administration ne doit pas attendre que les étudiants mangent dans les restaurants sans payer le ticket. «Vous êtes boursiers, vous devez entrer dans vos fonds à temps, car il y à côté un président de la République qui distribue des milliards à des gens qui ne le méritent pas.C’est injuste et anormal », a martelé Issa Sall.