Les perturbations notées dernièrement dans le fonctionnement de la justice risquent de refaire surface.

Mais cette fois-ci, il n’est pas question d’indemnités ni de revendications statutaires. Une injustice notoire est en train de prendre confortablement place au sein du greffe.

Il est bien connu que les greffiers sont des fonctionnaires de prestige par le caractère très sélectif du concours d’entrée leur autorisant d’accéder au Centre de Formation Judiciaire (CFJ) mais, le prestige vient aussi de leurs revenus supplémentaires communément appelés « fond commun des greffes » que les travailleurs de la justice perçoivent par échéances trimestrielles.

Ainsi, selon une source qui a contacté limametti.com, tous les bénéficiaires de ces fonds communs ont reçu paiement des sommes qui leur sont allouées à ce titre depuis le 04 février à l’exception des greffiers nouvellement affectés qui restent toujours dans l’attente de leurs dûs.

En fait, les greffiers de la promotion 2016-2018 vivent une situation chaotique depuis leur prise de service au début du mois de novembre 2018. Depuis bientôt quatre (04) mois, ils n’ont perçu aucune forme de rémunération malgré leur régularité, leur assiduité et leur dévouement dans le travail qui leur est confié.

Ainsi, faisant face à d’énormes difficultés financières, ces braves jeunes comptaient beaucoup sur le paiement de leurs fonds communs pour espérer régler les frais de leur installation dans leurs lieux d’affection respectifs. Cependant et contre toute attente, ils courent depuis trois semaines derrière leur argent. Pis,aucun membre du comité de gestion des fonds communs, aucun agent du Ministère de la Justice, ni même leurs paires ne sont en mesure de donner à ces nouveaux greffiers une explication plausible quant au sort qui leur est réservé relativement à leurs fonds communs.

Toutes les personnes qu’ils ont contactées s’inscrivent dans une dynamique de dilatoire basée sur des excuses trop légères. En tout état de cause, il est à noter que ces jeunes greffiers se voient aujourd’hui imposés une double injustice tenant d’une part au non paiement de leurs salaires depuis qu’ils ont pris service et d’autre part au non versement de leurs fonds communs alors même qu’ils ont tous été notés au même titre que tous les bénéficiaires desdits fonds et remplissent toutes les conditions requises à cet effet.

Face à une telle indifférence à leur égard, ces nouveaux greffiers risquent de manquer à leurs devoirs au grand dam de la justice et des justiciables. D’ailleurs certains de leurs aînés s’offusquant de cette injustice sont prêts à reprendre la hache de guerres afin que leurs jeunes collégues soient immédiatement rétablis dans leurs droits.

limametti

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here