La vidéo de son arrestation, devenue virale, a remis Seydina Fall alias «Bougazelli» sous le feu des projecteurs. On y voit l’ancien député, empêtré dans une affaire de faux billets, se faire arrêter en flagrant délit avec un sac bourré de billets noirs. C’est le tollé général depuis que cet élément de l’enquête a atterri sur la place publique.

Prenant la balle au bond, le ministère de la Justice, «sans interférer dans la procédure judiciaire» en cours, rappelle, dans un communiqué, que «le sieur Seydina Fall, surnommé Bougazelli, est toujours entre les mains du magistrat instructeur» et que «la liberté provisoire lui a été octroyée suite à sa demande, comme le prévoit la procédure».

Selon les services de Malick Sall, «les investigations suivent leur cours, à charge et à décharge». La chancellerie assure qu’à la fin de celles-ci (les investigations), «la décision sera prise ou non, de le traduire devant la juridiction de jugement, le cas échéant».

S’agissant des motifs de placement sous mandat de dépôt et de mise en liberté provisoire, le ministère rappelle qu’ils sont «inhérents au secret de l’instruction».

Par conséquent, ils ne sont «connus que du magistrat instructeur, du procureur de la République et des conseils».

Sur ce, indique le ministère de la Justice dans son communiqué, «toutes autres informations et interprétations sur la décision de mise en liberté et sur la suite qui sera donnée à l’affaire relèvent d’une spéculation gratuite».

L’article Affaire Bougazelli : «Les investigations suivent leur cours, à charge et à décharge» (Ministère de la Justice) est apparu en premier sur Dakar92.