Les actes et les contrats ne prennent valeur de jugement que lorsqu’ils passent devant le notaire. C’est lui qui les authentifie et les conserve. Il intervient dans plusieurs domaines : le droit de la famille, le droit de l’immobilier et celui du patrimoine. MétierA la fois conseiller et professionnel du droit, le notaire reçoit tous les actes ou contrats auxquels les partenaires veulent conférer un caractère d’authenticité, soit qu’ils y soient obligés par la loi, soit qu’ils le désirent par souci de sécurité. Le notaire conserve ces actes et en délivre des copies. Il joue un rôle primordial dans tous les dossiers touchant au droit de la famille, de l’immobilier et des entreprises. Il renseigne les clients sur les règles qu’ils doivent respecter dans leurs conventions et les conseille pour dégager, avec eux, la formule qui leur conviendra le mieux. Son rôle de conseil auprès des entreprises se développe. Le notaire peut accompagner un créateur d’entreprise – en rédigeant ses statuts, en négociant son bail commercial – ou guider un particulier qui rachète un fonds de commerce. Il peut aussi faire du conseil juridique ou fiscal aux sociétés, au même titre que les avocats et les juristes d’entreprises.

CONDITIONS DE TRAVAIL

Le notaire est un officier ministériel nommé sur un office notarial par arrêté du ministère de la Justice. Bien qu’investi de l’autorité publique, le notaire exerce ses fonctions dans un cadre libéral : il exerce son métier librement, sans être soumis à une autorité hiérarchique. Il travaille alors seul, avec l’aide de quelques clercs et employés de bureau.

COMPÉTENCES

Le notaire doit être un homme d’écoute et de dialogue. De plus, il doit faire preuve d’une discrétion absolue. Le sens de la responsabilité et de l’honnêteté est indispensable du fait que l’on lui confie des sommes d’argent importantes. Le notaire est censé avoir une impartialité rigoureuse lors de la rédaction des actes ou contrats et dans la négociation des accords.

FORMATION

Pour exercer le métier de notaire, il faut avoir une licence en droit et effectuer un stage dans un cabinet de notaire. Le notaire stagiaire est soumis au contrôle du parquet général. Après deux années de stage, il faut passer les examens. Une fois l’examen de premier clerc réussi, il faut suivre un stage de deux années et qui est sanctionné aussi par un examen. En cas de réussite, le notaire doit attendre son affectation validée par une commission ad hoc composée des représentants de plusieurs ministères.