Les étudiants de l’Ecole nationale des travailleurs sociaux spécialisés (Entss) ont décrété hier, lundi 28 janvier, une semaine de grève, pour attirer l’attention des autorités sur leur situation cosignée dans un mémorandum.

«Nous sommes dans une dynamique de poursuite de notre plan d’actions. Nous avions rencontré l’année dernière le ministère de la Santé pour lui présenter un mémorandum de 9 points. Nous continuons à nous battre en décrétant des mouvements de grève, malgré les menaces de l’administration ». Ce sont les propos du président du comité exécutif des étudiants de l’Entss hier, lundi 28 janvier, qui annonce une grève d’une semaine décrétée par les étudiants de l’école. Non sans déplorer le mutisme du ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, sur la prise en charge des 9 points inscrits dans le mémorandum.

En plus du recrutement des travailleurs sociaux dans la fonction publique, les étudiants réclament entre autres, le paiement à temps des bourses, la subvention du restaurant, la réduction des frais des inscriptions. En addition, les étudiants exigent le paiement de l’indemnité de stage avant service et la subvention des mémoires. « Le recrutement des travailleurs sociaux dans la fonction publique n’a pas été fait, alors que la demande existe dans les services régionaux de l’action sociale », explique Malang Fadera.

Les étudiants de l’Entss comptent rejoindre les classes si et seulement si la tutelle apporte des réponses concrètes à leurs différentes revendications inscrites dans le mémorandum. Les travailleurs sociaux, rappelons-le, ont pour mission principale d’assister et d’accompagner à la réhabilitation et à l’autonomisation des personnes vulnérables. Il s’agit des personnes à mobilité réduite, des personnes âgées.

source: Sud Quotidien