2 ans dont 1 ferme! C’est la peine infligée à Boulaye Niang, étudiant en troisième année. Il comparaissait ce mardi 21 septembre 2021, à la barre du Tribunal des flagrants délits, pour collecte illicite de données à caractère personnel et diffusion d’images contraires aux bonnes mœurs.

Les affaires de collecte illicite de données à caractère personnel sont récurrentes à la barre du tribunal de Dakar. Et pourtant, elles sont toujours minimisées, tant par leurs auteurs que par les victimes. Il ne se passe pas un jour sans qu’une telle affaire soit inscrite au rôle. Désormais, les peines seront les plus sévères. Le juge des flagrants délits en a décidé ainsi et le mis en cause Boulaye Niang en a fait les frais.

Poursuivi pour collecte illicite de données à caractère personnel et de diffusion d’images contraires aux bonnes mœurs, il a été condamné à deux ans dont un ferme. En effet, le prévenu a fait montre d’une cruauté et d’une méchanceté manifeste en enregistrant les appels vidéo avec sa copine Dioba Ndiaye, alors que cette dernière était toute nue. Par la suite, il a eu l’indélicatesse de partager les images sur les réseaux sociaux parce que la mère de la jeune fille a refusé de lui donner sa main.

Attrait à la barre, le prévenu a reconnu partiellement les faits qui lui sont reprochés. « J’ai enregistré les images de la plaignante au cours de nos appels vidéo, mais je ne les ai jamais partagées », se défend-il. À son tour, la partie civile, âgée de 20 ans déclare avoir entretenu une relation amoureuse avec Boulaye Niang. « Il enregistrait nos appels vidéo à mon insu », dénonce la victime qui renseigne que le mis en cause a envoyé des enregistrements vocaux à une autre fille répondant du nom de Sira. L’audio sera partagé par la suite.

Des allégations balayées d’un revers de main par le prévenu. « J’ai arrêté tout contact avec elle, lorsque sa mère a refusé de me la donner en mariage. Nous étions en couple pendant 2 ans », a-t-il dit.

Selon Dioba Ndiaye, quand sa mère s’est opposée au mariage, Boulaye Niang a proféré des menaces du genre : « Comme ta mère n’a pas accepté notre relation, je vais faire en sorte que personne d’autre ne puisse t’épouser ».

Pour l’avocat de la partie civile, la plaignante n’a jamais reçu des images et elle est atteinte dans sa dignité et son honneur. Vu la gravité des faits, l’avocat réclame une somme de 5 millions de nos francs pour réparation.

Dans son réquisitoire, le parquet s’est dit convaincu de la culpabilité du prévenu et a requis une peine d’emprisonnement de 2 ans dont 6 mois ferme. La défense quant à elle, demande la clémence, c’est-à-dire une application bienveillante de la loi.

L’article Pour avoir diffusé les photos de sa petite amie toute nue : Boulaye Niang condamné à 2 ans dont 1 ferme est apparu en premier sur Dakar92.