Le ministre des gros sous ouvre sa campagne par les enseignants. Pour l’heure, on parle de contrôle sur des acquis sociaux d’un corps qui tarde à être porté dans le cœur par les autorités. Même si de mauvaises langues parlent d’un détournement des allocations que l’Etat tente d’étouffer.

Seul corps de l’Etat qui n’a pas encore perçu ses prestations trimestrielles, les enseignants ne savent plus à quel ministère se fier. Tout au début, d’aucuns pensaient alors que la tutelle a repris ses caprices légendaires de provocations systématiques, mais c’est une autre affaire. Les inspections d’Académie et les Ief ont reçu un courrier en date du mois de décembre, les informant que « le paiement des allocations du dernier trimestre de l’année 2018 sont suspendus jusqu’à nouvel ordre. » Signé Amadou Bâ, le Ministre de l’Economie et des Finances. Un contrôle, nous dit-on, « pour dénicher certaines pratiques peu catholiques orchestrées par des enseignants ! » Et depuis deux mois, ce prétendu contrôle tarde à donner des conclusions pertinentes. Au niveau du Trésor public, aucun responsable ne veut se prononcer sur ce dossier qui concerne presque 100 mille fonctionnaires de l’Etat, et pas des moindres. En vérité, selon certaines indiscrétions, « la réalité est que l’argent des enseignants a été détourné magistralement et que l’inspection financière est en train d’enquêter sur ce fait dangereux. » Une affaire interne qu’on voudrait étouffer ? Dés lors, en procédant ainsi, Amadou Bâ verse dans la « provocation », selon certains leaders syndicaux qui préfèrent, pour l’heure, observer l’attitude de l’autorité avant de se prononcer. En tout cas, voilà une belle manière d’ouvrir une campagne présidentielle pour son leader, en rendant effervescent des enseignants dont les préavis surplombent la table de Serigne Mbaye Thiam.

source: rewmi.com